Nos parrains et marraines

Livres

De nombreuses personnalités de renom parrainent le projet Lire notre monde, découvrez leur portrait !

Qui sont nos parrains et marraines ?

Dima Abdallah

Née au Liban en 1977, Dima Abdallah réside à Paris depuis 1989. Son premier roman, "Mauvaises herbes", paru chez Sabine Wespieser éditeur en 2020, a été très remarqué, remportant le prix du roman "Envoyé par la poste » et recevant une mention spéciale du prix de littérature arabe. "Bleu nuit", son nouveau livre, publié en janvier 2022 chez le même éditeur, confirme l’intensité et la singularité de son talent. Explorant des thématiques de sociétés, les écrits de Dima Abdallah transcendent des valeurs universelles telles que l'humanisme, l'émotion et l'empathie, intégrant naturellement la mémoire libanaise dans ses récits. 

Dima Abdallah. Crédit photo : David Poirier

Ses écrits résonnent avec plusieurs axes de la labellisation, notamment les axes « ville carrefour d'idées et de débats » et « ville créative et poétique » du projet Lire notre monde, pour ne citer que deux.

« Un espoir de Strasbourg capitale du livre. Un espoir de la littérature qui éclairera d’une lumière éblouissante l’obscurité, qui vaincra pour quelques mois les ténèbres. »

 

En savoir plus

Serge Bloch

Serge Bloch est un illustrateur français. Il vit aujourd'hui entre Paris et New York et se partage entre illustration pour enfants, dessin de presse, expositions personnelles et travaux publicitaires. Il fréquente l'atelier d'illustration de Claude Lapointe à l'École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg puis commence à travailler pour la presse enfantine. C'est en 1998 qu'il publie son premier album jeunesse chez Bayard, Sam et son papa. Depuis ses débuts en tant que directeur artistique à Bayard Jeunesse, il multiplie les projets.

Il a été notamment rédacteur en chef visuel du journal Astrapi. Sa série "Max et Lili" (éd. Calligram, plus de 70 tomes parus), sur des textes de Dominique de Saint-Mars, est un classique de l'édition jeunesse. Il a créé le personnage de SamSam, publié dans le mensuel pour enfants Pomme d'Api et héros d'une série télévisée d'animation.

Il est également dessinateur de presse et travaille pour différents quotidiens américains comme The Washington Post, The Wall Street Journal, The New York Times, The Boston Globe, The Los Angeles Times, etc.

Serge Bloch. Crédit photo : Jacques Grison

En 2005, il reçoit la médaille d'or de la Society of Illustrators, lors de sa 47e exposition annuelle. En 2006, il reçoit le prix Baobab du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil pour Moi j'attends de Davide Cali (éditions Sarbacane - 300 000 ex. vendus dans le monde). En 2007, il reçoit le Bologna Ragazzi Award de la Foire du livre de jeunesse de Bologne pour ses illustrations de L'encyclopédie des cancres, des rebelles et autres génies, de Jean-Bernard Pouy.

 

En savoir plus

BLUTCH

Né à Strasbourg, Blutch est diplômé de l'École des Arts Décoratifs de sa ville natale, élève fugace de Claude Lapointe.

Ses premières bandes dessinées paraissent dans le magazine Fluide glacial à partir de 1988, après avoir remporté un concours de dessin. Il publie ensuite à L’Association ou Cornelius quelques livres incontournables, comme Péplum, Mitchum ou Le Petit Christian, dans lequel il met en scène les souvenirs de son enfance en Alsace dans les années 1970, avant d’essaimer chez Dargaud ou Futuropolis avec d’autres livres non moins incontournables, comme La Beauté ou Lune L’envers, etc.

Couronné par le Grand Prix d’Angoulême en 2009, il est mis à l’honneur en 2019 par Strasbourg, sa ville natale, avec plusieurs expositions d’ampleur au sein des Médiathèques et des Musées de la Ville de Strasbourg.

BLUTCH. Crédit photo : Christophe Urbain

Cela sera l’occasion pour lui de collaborer avec la maison d’édition strasbourgeoise Éditions 2024 pour un premier livre de dessin à quatre mains, Reprise, avec Anne-Margot Ramstein. Cette première rencontre sera sceller sous forme d’un premier ouvrage, La Mer à boire en 2022. En 2023, il publie Les indomptés, hommage à Lucky Luke aux éditions Dupuis.

Blutch a su s’imposer comme un auteur majeur, toujours soucieux de se renouveler, d’interroger la bande dessinée et les limites de sa pratique.

Émilie Clarke-Gehan

Depuis toute petite, Émilie Clarke dessine. Diplômée de l’école Estienne à Paris en 2015 ainsi que de la Haute École des Arts du Rhin de Strasbourg en 2018, en passant par les Beaux Arts de Bologne, elle est repérée sur Instagram par les éditions Biscoto qui proposent depuis 2013 un journal destiné aux enfants. Depuis quelques années, Biscoto s’est lancé dans l’édition de beaux livres illustrés. Émilie Clarke est d’abord contactée pour de courtes bandes dessinées publiées dans le journal, puis pour un projet de livre, qui se concrétisera avec le premier tome de la série « Violette » avec Violette et les lunettes magiques en 2021 puis avec le tome 2 Violette contre Diablot1, en 2022. Succès public et critique, ses bande-dessinées sont aujourd’hui traduites et diffusées en plusieurs langues. Le tome 3 est actuellement en préparation.

Émilie Clarke-Gehan

Expressif, drôle et coloré, l’univers d’Émilie Clarke est rempli de personnages variés. Attirée depuis toujours par la science-fiction, Émilie Clarke travaille beaucoup les postures et l’allure de ses personnages, le tout dans un univers décalé. « Mon travail est à la frontière entre la réalité et un monde un peu étrange ». Émilie est inspirée par la ligne claire et les travaux d’Hergé, l’univers manga ou encore les dessins d’Anouk Ricard. Elle aime quand ça va vite, que l’énergie déborde de son dessin.

 

En savoir plus

Philippe Claudel

En tant qu'auteur récompensé pour des œuvres majeures telles que « Les âmes grises », « Le Rapport de Brodeck » ou « Le Bruit des trousseaux », Philippe Claudel cumule les rôles d'écrivain, réalisateur, scénariste, maître de conférences, et ancien professeur de lettres en milieu pénitentiaire. Avec près de quarante livres à son actif, il entretient une sensibilité particulière envers l'univers carcéral, qu'il explore dans ses écrits, abordant également les drames liés à la question migratoire. Son parcours trouve ainsi un écho avec l'axe stratégique « Ville carrefour d'idées et de débats » du projet Lire notre monde, pour ne citer qu'un axe.

Claudel Philippe

Maryse Condé

Maryse Condé est une journaliste, professeure de littérature et écrivaine guadeloupéenne de renommée mondiale qui a mené plusieurs combats tout au long de sa vie. Ses écrits, plusieurs fois primés, explorent des thèmes diversifiés liés à la colonisation, l'esclavage et à l'identité culturelle, faisant écho à l’axe stratégique « Ville Refuge ». Ils ont contribué de manière significative à la littérature et à la reconnaissance de la voix des écrivains issus des anciennes colonies françaises, abordant des questions de justice sociale, d'identité et de mémoire historique. Parmi ses œuvres les plus connues, comprenant des romans, des essais et des pièces de théâtre, on peut citer « Ségou » (une série de quatre romans), « Moi, Tituba sorcière... », ainsi que « La Vie sans fards » et « Traversée de la mangrove ».

En savoir plus

Kamel Daoud

Écrivain, journaliste et chroniqueur franco-algérien, a appris la langue française de manière autodidacte, découvrant la littérature grâce à la bibliothèque de l'école, dans un contexte familial où la lecture était rare.

Son œuvre, « Meursault, contre-enquête » (2013), une réinterprétation de « L'Étranger » de Camus a rencontré un grand succès en 2014 et a été distinguée par le Prix Goncourt du premier roman en 2015. Il a également été récompensé par plusieurs autres prix, parmi lesquels le Prix Transfuge du meilleur roman en 2017 pour « Zabor ou Les Psaumes », le prix Méditerranée 2018, ou encore le prix Jean-Luc Lagardère du journaliste de l'année en 2016, le prix mondial Cino Del Duca 2019 de l’institut de France.

Ancien rédacteur en chef du « Quotidien d'Oran », Kamel Daoud a quitté le journalisme « pour rêver de littérature » dans ses chroniques.

Malgré les menaces reçues liées à ses critiques envers l'islam, Kamel Daoud déploie le pouvoir du verbe comme une arme, défendant ainsi ses convictions, sa liberté de conscience, et s'engage résolument en faveur de la liberté d'expression et des droits de l'homme. Cette démarche trouve une résonance particulière avec l'axe stratégique « Ville carrefour d'idées et de débats » du projet « Lire notre monde ». 

Kamel Daoud

« Lire notre monde autorise à vivre d’autres vies, à en comprendre les raisons différentes, les vérités propres et ainsi conduire à l’acceptation, sinon à la compréhension. Apprendre à lire a été la plus grande aventure de ma vie, et c’est cette aventure que l’évènement « lire notre monde » veut promouvoir aujourd’hui. »

Fatou Diome

Fatou Diome, écrivain franco-sénégalaise, s'est imposée comme une figure majeure de la littérature de langue française, arborant souvent la couleur mauve, qu'elle décrit comme une "couleur tempérée, mélange de la rouge chaleur africaine et du froid bleu européen*".

Après avoir publié « La préférence nationale » (2001), un recueil de nouvelles (Présence Africaine), elle se fera connaître avec son premier roman, « Le Ventre de l’Atlantique » (Anne Carrière, 2003), un grand succès traduit en une vingtaine de langues. Ont suivi plusieurs romans publiés chez Flammarion, notamment « Kétala » (2006), « Inassouvies, nos vies » (2008), et un essai politique, « Marianne porte plainte ! » (2017, collection ‘Café Voltaire’), puis chez Albin Michel « Les Veilleurs de Sangomar » (2019) et « De quoi aimer vivre » (2021), un recueil de nouvelles, par exemple.

Certaines de ses œuvres, imprégnées d'autobiographie, déconstruisent le mythe de l'eldorado européen entretenu par certains immigrés. Elle plaide pour les valeurs républicaines et revendique la liberté pour les écrivains, notamment dans son essai littéraire « Le Verbe libre ou le silence » (2023). Elle dénonce les injustices faites aux femmes, aux enfants, aux plus vulnérables. Considérant l’école comme une « lumière » pour tous, elle déclare : « seul l’éducation libère l’individu de ses propres limites pour lui offrir le monde »

Fatou Diome. Crédit photo : Astrid di Crollalanza

Le parcours de Fatou Diome s'inscrit pleinement dans les axes « Ville Carrefour d'idées et de débats » et  « Ville Créative et poétique » du projet Lire notre monde, pour ne citer que deux axes.

 

« Quand je me promène à Strasbourg, l’un de mes itinéraires favoris reste la place Gutenberg, où tout amoureux des Lettres mesure ce que le livre doit à notre ville. C’est un honneur, pour moi, d’être parmi les marraines de « Strasbourg capitale mondiale du livre 2024 » ; mais, c’est plutôt Strasbourg qui nous marraine, son histoire littéraire nous garde en ligne de mire de grandes plumes qui ont porté les Belles Lettres au firmament. »

Laurent Gaudé

Laurent Gaudé, écrivain, dramaturge et poète français contemporain, occupe une place éminente dans le paysage littéraire contemporain. Particulièrement prolifique, il compte à son actif plus d'une dizaine de pièces de théâtre, dont l'une a été mise en scène en 2000 au Théâtre national de Strasbourg, ainsi que des romans, des recueils de nouvelles, un album jeunesse et un livre photographique. Ses œuvres explorent des thèmes tels que la mort, la guerre et l'injustice, tout en laissant une place prépondérante à la douceur, à l’espoir et à la beauté de la vie. Dans une fusion de l'épique et du dramatique, Laurent Gaudé puise son inspiration aussi bien dans l'actualité que dans la mythologie antique. Parmi ses œuvres les plus connues, citons « Cris » (2001), « La Mort du roi Tsongor » (2002), « Le Soleil des Scorta » (2004), « Eldorado » (2006), « Ouragan » (2010), « De sang et de lumière » (2017) et « Chien 51 » (2022). Au fil des années, Laurent Gaudé a exploré d'autres formes artistiques telles que l'opéra, la poésie et le cinéma. 

Laurent Gaudé. Crédit photo : Christine Gassin

Ses voyages, documentés dans des reportages et des poèmes publiés sous la forme d’un recueil intitulé « De Sang et de Lumière » (2017), l'ont conduit à Port-au-Prince, au Kurdistan irakien, dans la Jungle de Calais et au Bangladesh. Son parcours, ses œuvres et son plaidoyer humaniste en faveur de l'Europe résonnent avec les axes thématiques du projet Lire notre monde, notamment « Ville Carrefour d'idées et de débats » mais aussi « Ville Créative et Poétique ». Laurent Gaudé a été honoré de nombreuses distinctions littéraires, dont le Prix Goncourt des lycéens (2002), le Prix Goncourt (2004), le Prix Jean-Giono (2004) et le Prix du livre européen (2019), entre autres. En 2017, il a été élevé au rang d'Officier de l'Ordre des Arts et des Lettres.

 

« Strasbourg est pour moi la ville inaugurale. C’est ici que tout a commencé, en 2000, lorsque mon premier texte de théâtre a été monté au Théâtre National de Strasbourg. Depuis, je ne peux pas penser cette ville sans le théâtre. Comme je ne peux pas penser l’écriture sans la voix, même lorsque j’écris des romans. Paradoxalement, ce que je cherche dans l’écriture, c’est la vigueur de l’oralité. Les livres s’ouvrent et ce qui apparait avec magie, ce sont des mots qui prennent chair, une voix, intacte, immortelle. »

Elisa Géhin

Dernière d’une grande famille, Élisa Géhin n’a pas côtoyé plus petit qu’elle pendant longtemps. Intriguée par les enfants, elle décide de travailler avec eux en faisant des livres. Elle passe par l'école Estienne, puis par les Arts Décoratifs de Strasbourg, publie chez différents éditeurs en tant qu’autrice et illustratrice. Après une dizaine d’années parisiennes, quelques résidences, elle vit et travaille à nouveau à Strasbourg. Parmi les nombreuses créations d'Élisa Géhin, incluant des illustrations et la conception de jeux, il est possible de découvrir le dispositif artistique intitulé « Ça ne tient pas debout », qui sera accessible en juin 2024 dans trois médiathèques de Strasbourg. Ses œuvres comprennent également des ouvrages tels que « Dans le détail », « Il était plusieurs fois une forêt », « Le grand livre de ma planète », « Le grand livre de cuisine des enfants » et « AbabaBC » qui font pleinement écho aux axes « Ville créative et poétique » ainsi que « Ville amie des enfants » du projet Lire notre monde.

Elisa Géhin. Créditphoto : Christophe Urbain

« Je suis très heureuse de partager cet événement avec les tout petits. Lire notre monde avec eux, c’est lire le dessin, découvrir le livre et grandir ! »

En savoir plus

Terry Gilliam

Seul membre américain du Monty Python’s Flying Circus, Terry Gilliam est diplômé en sciences politiques de l’Occidental College de Los Angeles. Après avoir travaillé à New York comme rédacteur en chef adjoint du magazine Help! et illustrateur indépendant, il a rejoint l’Angleterre en 1967 pour y commencer une nouvelle vie en tant qu’animateur.

Ayant eu son nom affiché sur grand écran comme coréalisateur de Monty Python – Sacré Graal !, il a ensuite pu faire croire au public qu’on pouvait lui attribuer l’entière responsabilité de films comme Jabberwocky, Bandits, bandits, Brazil, Les Aventures du baron de Münchausen, Le Roi pêcheur, L’Armée des douze singes, Las Vegas Parano, Les Frères Grimm, Tideland, L’Imaginarium du docteur Parnassus, Zero Theorem, The Wholly Family et, après trente ans de gestation, L’Homme qui tua Don Quichotte. Ses films ont remporté de nombreux prix et en ont manqué bien plus encore.

Terry Gilliam s’est également tourné vers l’opéra, mettant en scène La Damnation de Faust de Berlioz à l’English National Opera puis Benvenuto Cellini à l’Opéra de Paris. Ses “mémoires pré-posthumes “, Gilliamesque, ont été publiées en 2015.

Le parcours riche et foisonnant de Terry Gilliam fait ainsi écho à l'axe “Ville créative et poétique" du projet Lire notre monde.

Terry Gilliam. Photo credit Allan Amato

Nancy Huston

Nancy Huston a passé son enfance au Canada, son adolescence aux États-Unis et sa vie adulte en France. Écrivaine bilingue (anglaise et française), elle explore divers genres tels que le roman, l'essai, la littérature pour enfants, les scénarios et les pièces de théâtre. Ses travaux sont principalement publiés par les Éditions Actes Sud en France et Leméac au Canada français, recevant de nombreux prix. Son roman « Lignes de faille » a été traduit dans une quarantaine de langues. Abordant des thèmes tels que la filiation, la guerre, l'exil, la virilité et le féminisme, la transmission, les relations interculturelles, l'identité, la quête de soi, et les questions environnementales, les œuvres de Nancy Huston résonnent avec plusieurs axes du projet Lire notre monde. Ils s’inscrivent notamment dans les axes thématiques « Ville émancipatrice et écologique », « Ville carrefour d'idées et de débats », ainsi que « Ville créative et poétique » du projet Lire notre monde. Parmi ses récentes parutions, citons « Reine du réel : Lettre à Grisélidis Réal » chez Editions Nil en 2022, « Arbre de l'oubli », un roman publié par Actes Sud/Leméac en 2021, « Je suis parce que nous sommes » aux Éditions du chemin de fer en 2021, « Choses dites », un recueil de poèmes  chez Iconoclaste en 2023 et « En fleur et en os », une pièce de théâtre éditée par Editions Æthalydès en 2023. Le roman « Francia » paraîtra chez Actes Sud en mars 2024.

Nancy Huston. Crédit photo : Fanny Dion

Dany Laferrière

Dany Laferrière a marqué le monde littéraire dès la publication de son premier roman, « Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer», en 1985. Depuis, il construit une œuvre patiente et puissante qui illumine les nuits de ses lecteurs. Adaptée au cinéma, traduite mondialement, elle lui vaut de nombreuses distinctions dont le Prix Médicis, et son élection en 2013 au fauteuil 2 de l’Académie française. À l'âge de 70 ans, il publie « Un certain art de vivre », ce mince livre qui lui aura pris plus de temps que tout autre, car il les contient tous.

Les 37 ouvrages publiés par l’académicien Dany Laferrière entre 1985 et 2023, comprenant des romans dessinés, des entretiens, ainsi que des albums pour enfants explorant les thèmes de l'amour, de la mort et de la politique, témoignent de son attachement à la littérature, de sa créativité et de son talent polymorphe, maintes fois honorés par des distinctions prestigieuses. Sa créativité se déploie également dans le cinéma, la sculpture et l'illustration.

Son parcours et ses œuvres résonnent notamment avec les axes thématiques « Ville créative et poétique » et « Ville carrefour d'idées et de débats » du projet Lire notre monde. Ils attestent d'une trajectoire exceptionnelle, ponctuée par l'humour emblématique qui caractérise son œuvre.

Joseph Levacher

Joseph Levacher est diplômé de l'école Estienne de Paris, puis en 2021 de la Haute école des arts du Rhin de Strasbourg. En 2020, il est l'illustrateur du Tarot Païen, réalisé en collaboration avec les éditions Matière Grasse. En 2022, il publie son premier livre aux éditions Magnani, La légendes champs de feu. Les œuvres de Joseph Levacher sont des voyages à travers des paysages à la fois reposants, intrigants, naturels et quelque part fantastique.

 

En savoir plus

Jospeh Levacher

Alberto Manguel

Alberto Manguel est un citoyen canadien né à Buenos Aires en 1948. Sa vie l'a conduit à travers différents pays, dont Israël, l'Argentine, l'Italie, l'Angleterre, Tahiti, la France, le Canada et le Portugal où il réside à présent. Non seulement traducteur, essayiste et critique littéraire, Alberto Manguel est également l'auteur de cinq romans, dont Dernières nouvelles d’une terre abandonnée (Prix McKitterick en Angleterre et Prix de l’Association d’auteurs canadiens). Parmi ses essais figurent des œuvres telles que  Le dictionnaire des lieux imaginaires, Une histoire de la lecture (Prix Médicis essai), Dans la forêt du miroir (Prix France-Culture) et La Bibliothèque la nuit.

 

Alberto Manguel. Crédit photo : Daniel Mordzinski

Alberto Manguel a été honoré de plusieurs prix en France et à l'international, dont le Premio Germán Sánchez Ruiperez et le Formentor en Espagne, et le Prix Gutenberg en Allemagne, pour l'ensemble de son œuvre critique. En France, il a reçu de nombreux prix, tels que le Prix Roger Caillois et il a été élu au grade de Commandeur des Arts et des Lettres. Il a été le premier à être élu à la chaire "Europe: langues et littératures" du Collège de France, et il a été distingué du titre de docteur honoris causa par plusieurs universités prestigieuses. Il est actuellement directeur du "Espaço Atlântida", le Centre de recherches sur l’histoire de la lecture (CEHL) à Lisbonne. En tant que lecteur passionné, ardent défenseur de la promotion de la lecture et bibliophile, Alberto Manguel a généreusement fait don de sa collection de 40 000 ouvrages à la ville de Lisbonne en septembre 2020, afin de rendre sa collection accessible à tous. Le parcours et les œuvres d'Alberto Manguel trouvent une résonance avec de nombreux axes de notre projet Lire notre monde, tels que l'axe stratégique  « Ville carrefour d'idées et de débats » ou encore  « Ville créative et poétique » du projet Lire notre monde.

« Le cosmos dans lequel nous supposons exister est un cosmos verbal. Nous habitons le langage, mais nous sommes également habités par le langage, engagés dans un dialogue dans lequel ceux qui nomment et ceux qui sont nommés deviennent presque indiscernables, dans un processus sans fin d'élucidation et de reconstruction mutuelles. Ainsi, tous les lieux sont imaginaires parce que nous les percevons à travers notre œil narratif. Les villes sont faites de fragments - briques, murs, rues, maisons - et c'est nous qui donnons à ces fragments une identité à travers de nombreux vocabulaires individuels différents. Chaque lieu que nous habitons existe dans l'ombre de Babel et de sa malédiction. Après Babel, la langue elle-même est devenue une cause de division, de préjugés et de ségrégation, et le site où s'élevait la tour de Babel a acquis la particularité de faire oublier le passé.

Strasbourg, comme toute ville, est une construction imaginaire, mais son identité, plus peut-être que celle d'autres villes, se raconte dans un récit qui plonge ses racines dans la multiplicité linguistique de Babel. Comme on le sait, le 14 février de l'an 842, Charles le Chauve et Louis le Germanique signent à Strasbourg une alliance militaire contre leur frère aîné Lothaire Iᵉʳ. Louis prête serment en tudesque, ancêtre de l'allemand ; Charles prête serment en francique occidental, ancêtre de la langue d'oïl, ancêtre du français d'aujourd'hui. Ces serments représentent les prémices d'une volonté de contrer la malédiction de Babel, en apportant par la multiplicité des langues un remède contre l'oubli. Strasbourg a l'honneur d'en être le berceau. Ce n'est pas un hasard si Gutenberg, le père européen de l'imprimerie, a fait son apprentissage d'orfèvre à Strasbourg avant de devenir un alchimiste des mots. »

 

En savoir plus

Anouck Ricard

 

Méfiez-vous d’Anouk Ricard… Sous ses dessins naïfs, en apparence destinés aux tout-petits, se dissimule un humour totalement absurde et déjanté, souvent réservé à des adultes amateurs de second (voire de douzième) degré…

Illustratrice et autrice de BD cultes, pour enfants et pour adultes, comme Anna et Froga, Coucous Bouzon, ou Les Experts, lauréate du Prix BD 2012 des lecteurs de Libération, du Prix de la meilleure bande dessinée francophone du Festival d’Angoulême : le choix polonais en 2012, du Prix Schlingo pour l’ensemble de son œuvre en 2018, du Fauve prix spécial du jury au Festival d'Angoulême 2023 pour Animan, elle a aussi réalisé de célèbres courts métrages d’animation pour M6, avec sa série « Avez-vous déjà vu » ?

Anouck Ricard. Crédit photo : Tim Douet

Diplômée de l’École supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg en 1995, Anouk Ricard collabore régulièrement avec la presse jeunesse, ou pour des expositions de peintures/dessins ainsi que des revues de microédition.

 

En savoir plus

Christophe Rioux

Universitaire, journaliste et écrivain, Christophe Rioux enseigne notamment à la Sorbonne et à Sciences Po Paris. Il a présenté l'émission « Les Deniers de la Culture » sur France 5, intervient en tant que chroniqueur sur France Culture et écrit pour LIRE Magazine littéraire, au Groupe BeauxArts, ainsi que la revue Études. En tant qu'administrateur de l'association Lecture Jeunesse et de la Semaine du Son de l'UNESCO, il est également membre du jury du Grand Prix du Livre audio et du Prix littéraire Gisèle Halimi. Il a publié des romans chez Flammarion, tels que « Des croix sur les murs » (2006) et « Tête de Gondole » (2009). Il est co-auteur d'essais variés et a contribué à la collection Tracts des Éditions Gallimard. Le parcours de Christophe Rioux résonne avec plusieurs axes du projet Lire notre monde, tels que « Ville carrefour d'idées et de débats », « Ville créative et poétique » ainsi que « Ville émancipatrice et écologique ».

Christophe Rioux

« Les livres ont changé ma vie. Ils ont pris l’aspect de stèles salvatrices dans la banlieue en zone urbaine sensible où j’ai grandi, alors que la lecture était pour moi loin d’être une évidence ou un héritage. Plus tard, sur le théâtre d’opération d’une guerre tragique, ils ont guidé mes pas vers les vestiges d’une bibliothèque détruite par les flammes. Puis, devenu moi-même auteur, ils m’ont accompagné dans mon engagement pour la culture et sa démocratisation. En souvenir de tous ces livres et en hommage à ceux qui viendront encore, comme les jalons essentiels d’une existence, je suis à la fois heureux et honoré d’être l’un des parrains de Strasbourg Capitale Mondiale du Livre UNESCO 2024. »

 

En savoir plus

Simone Schwarz-Bart

Simone Schwarz-Bart, écrivaine et dramaturge guadeloupéenne, est une grande figure de la littérature caribéenne. Après avoir rencontré son époux, l'écrivain André Schwarz-Bart, avec qui elle a coécrit « Un plat de porc aux bananes vertes » (1967), Simone Schwarz-Bart a rédigé des œuvres marquantes telles que « Pluie et vent sur Télumée Miracle », puis « Ti jean l’horizon ». Elle a également exploré le domaine du théâtre avec « Ton beau capitaine » (1987).

Parmi ses nombreuses œuvres, elle a rédigé, avec son mari, une encyclopédie en six volumes intitulée « Hommage à la femme noire ». Cette encyclopédie met en lumière des héroïnes noires absentes de l'historiographie officielle, dépeignant leurs destins à travers les siècles et les continents, et soulignant leur lutte pour la liberté et l'indépendance.

Depuis le décès de son mari, Simone Schwarz-Bart s'engage à perpétuer sa mémoire et transforme leur maison commune, La Souvenance, en un lieu dédié aux illustres, accueillant visiteurs et événements culturels, tout en continuant son œuvre.

Imprégnée des influences de l'Afrique, de la Caraïbe et de l'Europe, Simone Schwarz-Bart explore divers thèmes, dont l'identité, la résistance et l'esclavage, et a contribué à l'émergence d'une épistémologie féministe. Son œuvre trouve ainsi une parfaite résonance avec les axes thématiques du projet Lire notre monde, notamment « Ville Carrefour d’idées et de débats » et « Ville Émancipatrice et Écologique », pour ne citer que deux.